A l’encre de Chine (2014)

Le mois de juin chez The Tattooed Lady est dédié à Thadé, illustrateur et plasticien lillois. Ses œuvres, faites de corps et de nature sauvage, se caractérisent par la proéminence du noir et blanc. Le résultat ? Des représentations parfois énigmatiques mais véritablement belles, qui mènent à réfléchir au lien entre Homme et nature. A l’occasion du vernissage de son exposition j’ai eu l’occasion de parler avec Thadé de son dessin, de ses idées et de ses artistes phares.


Commençons par le commencement : d’où vient ton pseudo ?

Thadé… C’est un prénom, mon deuxième prénom en fait. C’était le prénom de mon grand-père qui était polonais. J’aime beaucoup ce prénom, d’ailleurs je l’utilise aussi dans la vie de tous les jours.

 Passons à la présentation d’usage : parle-nous un peu de toi !

Je fais des études artistiques depuis mes 20 ans. Je me suis dirigé vers le graphisme, la communication visuelle et la pub dans un premier temps pour ensuite me rediriger vers une fac d’art afin de faire une licence en trois ans, que je viens d’acquérir. A côté de ça pendant ces trois ans j’ai développé ma pratique personnelle.

En feuilletant tes portfolios, on voit que tu fais beaucoup de noir et blanc. C’est plus percutant selon toi ?

C’est du dessin, donc ça commence par du noir et blanc. Après j’aime beaucoup le contraste entre le noir et le blanc, rapport peut-être avec le Ying et le Yang. J’ai pensé à faire plus de couleur mais je dois être encore en phase de réflexion… Je n’arrive pas à avoir cette intensité graphique en couleur.

Dans la même idée, j’ai l’impression qu’il y a une importante représentation féminine dans tes dessins.

Je l’ai déjà remarqué, c’est pour ça que plusieurs fois je me suis dit qu’il faudrait que je fasse plus de mecs… J’en ai fait cela dit. Pendant mes études j’ai fait beaucoup de modèles vivants qui étaient souvent des femmes. Il y a aussi le fait que les corps de femmes soient plus voluptueux. De plus mon travail est très organique, il y a un rapport à la terre et à la nature… Du coup, je ne sais pas si ça se justifie mais ce rapport féminin est retranscrit.

Il y a beaucoup de corps ou d’ organes sur tes dessins.

Je travaille sur ce type de dessin depuis un an maintenant. C’est venu de l’étude pendant un cours de la philosophie de Deleuz et de son introduction sur le Rhizome. Il s’agit d’une plante qui pousse de manière totalement anarchique, prend racine de manière spontanée et qui pousse tout aussi spontanément en se reliant l’une à l’autre pour créer d’autres spécimens de plantes. Il n’y a pas de centre dans ces plantes, chaque partie a son importance et son rôle.

J’aimais bien ce rapport d’union et d’unité. Quand on a étudié ça j’étais intrigué et j’ai tapé Rhizome pour voir à quoi ça ressemblait. Je suis tombé sur des dessins encyclopédiques que j’ai trouvés très graphiques. Ce sont des plantes en complète distorsion avec des amas de racines qui tombent. Mon travail est parti de là. J’y ai incorporé des corps pour allier les deux et amener le rapport à l’humanité et au lien entre humains.

On va passer à une petite question technique : avec quoi dessines-tu ?

Ces dessins sont faits à l’encre de Chine. Au tout début je travaillais à la plume. Maintenant j’ai découvert le Rotring et investi dedans. Ce sont des feutres de différents diamètres de pointe qu’on recharge à l’encre de Chine. Avec ça on peut aller beaucoup plus en détail.

Qu’est-ce qui t’as poussé vers le dessin ?

J’ai toujours aimé dessiner. J’ai eu une période de creux au collège mais c’est revenu au lycée. J’avais un copain musicien qui m’avait demandé de dessiner sa pochette d’album ! J’ai repris le dessin à partir de ce moment-là. Après j’ai voulu me perfectionner, apprendre des techniques et c’est à partir de là que j’ai commencé mes études artistiques.

thadé

 Est-ce qu’il y a un artiste que tu apprécies particulièrement ?

J’aime beaucoup Frida Kahlo.

Dans la suite de cela, est-ce que tu as une collaboration de rêve ?

Je reviens sur la question du parcours du coup. A la base je voulais faire du graphisme d’illustration, travailler avec des musiciens et faire tout ce qui est communication visuelle comme des affiches, des pochettes de CD…  J’aimerais beaucoup faire des pochettes d’albums pour des musiciens. En termes de collaboration…

Je suis assez fan d’Erykah Badu, une chanteuse américaine de soul. Elle a d’ailleurs fait faire sa pochette d’album par un illustrateur, que j’ai découvert comme ça. Il s’appelle Emek et fait de superbes illustrations. Collaborer avec lui directement en tant que plasticien, pourquoi pas.

On va finir par la minute promotion. Si tu as d’autres expos ou évènements à venir, seul ou accompagné c’est le moment d’en parler.

Ce sera certainement pour la rentrée mais je n’ai encore rien d’officiel. Je fais aussi partie d’un collectif avec des amis (la Fuckcolate Factory) qui est assez récent. On fait des expositions collectives, on participe à des évènements culturels et à des festivals. On fait aussi des live paintings. On est ouverts à plein de choses, donc si quelqu’un est intéressé à l’idée d’avoir une animation de plus sur un évènement… On est sur Lille principalement, avec un copain en Allemagne.

Merci beaucoup et je te souhaite le meilleur pour la suite, collectivement et individuellement.

Merci à toi !


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s