J’ai rencontré La Fille née de la Mer (2013)

Samedi 2 novembre, j’ai rencontré MoriGena à l’occasion de son vernissage à The Tattooed Lady. MoriGena est une photographe autodidacte lyonnaise, mais elle parle d’elle bien mieux que moi. Voyez par vous-même un peu plus bas. Son exposition chez The Tattooed Lady se tient jusqu’au 30 novembre. Allez-y de ma part, ça vaut le coup. Entrons maintenant dans le vif du sujet. Cette rencontre avait pour thème, je ne vous apprendrai rien, le travail photographique de MoriGena. Le tout articulé principalement autour de la photo qui suit.

Cécile Guillot (écrivaine d'histoires fantastiques) par Mori Gena.
Cécile Guillot (écrivaine d’histoires fantastiques) par MoriGena. ©MoriGena

AD : Là je glisse un petit bonjour pour montrer que je suis une jeune fille polie (rire). Enfin, c’est pas tout ça mais venons-en aux faits. Pour les lecteurs qui ne te connaîtraient pas, qu’est-ce qui se cache derrière le nom MoriGena ?

MoriGena c’est mon prénom en breton ! Ça veut dire « la fille née de la mer ». C’est un nom qui me plaît puisque j’aime beaucoup tout ce qui est conte breton. Bon, la fée Morgane… Mon père s’appelle Arthur… Ça faisait un petit truc rigolo. Je voulais rester dans l’optique princesse, fée… Les trucs mythiques. Comme ça se voit dans mon travail j’aime aussi beaucoup tout ce qui est très imaginaire : les fables, le rêve, le cauchemar. Donc quelque chose issu de l’univers imaginaire, des mythes comme la fée Morgane ça me correspondait bien. Comme j’ai fait psycho, j’aime bien pouvoir faire deux ou trois références à des analyses psychologiques de mes modèles ou à des contes. J’aime bien tout ce qui est sur l’imaginaire, l’intérieur humain, tout ce qui est viscéral.

Ah oui ! J’ai remarqué qu’il y a des photos avec des… Tripes ?

Oui, il y en a une juste là avec un cœur. Voilà, mélanger le gore mais d’une façon très douce, d’une manière qu’on ne le voit presque pas.

C’est vrai que c’est assez efficace. Pour ma curiosité personnelle : tu es photographe de métier ? Je veux dire, au-delà de ton propre plaisir.

Alors, j’ai eu un parcours scolaire complètement chaotique. J’ai passé mon bac général littéraire, j’ai fait psycho, un CAP coiffure en un an et tout ça en faisant de la photo à côté. Là c’était pour mon plaisir. Depuis maintenant un an et demi je suis photographe professionnelle pour un magazine de musique. Je travaille pour certains groupes, dont un qui est exposé ici (For Many Reasons, ndlr), je fais les pochettes d’albums. Ça c’est ma partie professionnelle. Et cette année je passe mon bac de photo pour être professionnelle aux yeux de l’État. Donc ça va être mon vrai métier d’ici très peu de temps.

Donc on y est déjà quasiment ! J’ai choisi le portrait de Cécile Guillot pour qu’on parle photo. Première question, ultra basique, comment en partant de ton esprit, on arrive à cette photo telle qu’elle est ?

Pour la petite histoire, Cécile partait s’installer assez loin avec son chéri et voulait faire une dernière séance photo avec moi. Comme elle est écrivaine de nouvelles sur les sorcières je me suis dit qu’on allait faire un truc qui lui corresponde : un thème sur une sorcière, une jolie sorcière sans problème de verrue ! Et puis j’ai voulu imaginer quelque chose autour de mon bocal avec, en fait, une petite sirène.

D’accord ! Parce que… Je me suis posé la question. Qu’on regarde cette photo en particulier ou celles aux murs c’est un univers très imaginaire, fantastique. Tu l’as dit tout à l’heure, c’est un univers qui te tient à cœur. Mais est-ce que tu as des références ou des influences spécifiques ?

En fait non, j’ai trop d’influences différentes pour n’en nommer qu’une. J’ai été élevé avec du Tim Burton mais aussi avec des films très anciens, des années 50, vraiment du très classique. J’ai vraiment des univers très différents. Je suis une fan de Andy Julia qui est un photographe parisien qui fait de la photo de mode pure et dure mais avec un petit côté goth dissimulé. J’ai vraiment beaucoup trop d’influences différentes pour n’en citer et utiliser qu’une particulière.

Ça reste original alors.

Il y a aussi les contes qui m’inspirent beaucoup. Ici, la Petite Sirène d’Andersen.

Faut avoir l’œil tout de même, concernant ta petite sirène !

Oui c’est vrai qu’il faut le savoir.

Parlant de personnages, le choix du modèle est quand même très important pour une photo. Comment es-tu arrivée à elle ?

Pour elle, en particulier, c’était à sa demande. Donc c’était vraiment quelque chose qui lui collait à la peau. C’est un shoot qui a été pensé pour elle, sur sa personnalité. Là c’est un cas exceptionnel.

Ma question tombe un peu à l’eau je m’en suis rendue compte. Cela dit, comment ça se passe avec les autres séries ?

Je crée mon projet et en fonction de celui-ci, je choisis le modèle qui me semble le plus adapté. Par exemple il y en a une dans cette salle, la rousse avec les feuilles d’automne : j’ai réfléchi au shoot avant, j’ai fait mes lumières, j’ai fait mes croquis et je me suis dit « je veux une fille rousse ». J’ai cherché la rousse parfaite, avec tous les critères que je voulais. Pour chacune des photos c’est ça. Je cherche le modèle qui s’adapte le mieux à ce que je veux.

Bien, c’est intéressant. La réponse suivante m’intéresse particulièrement. Est-ce que tu t’es raconté quelque chose ?

Je me suis raconté une vraie histoire oui.

Tu peux nous la raconter ?

Elle est un peu courte mais bon. En fait, cette séance photo marche en petite série. Une où elle lance ses cheveux en l’air, une autre où il y a un poisson mort… Donc c’est l’histoire d’une sorcière venu faire une incantation au bord de l’eau pour pouvoir capturer l’âme d’une sirène. Ma petite sirène se retrouve donc emprisonnée dans les mains de la sorcière pour toujours. Parce que, oui, ma sorcière est méchante.

Sur la photo c’est pas forcément évident, qu’elle est méchante. Entrons maintenant dans un domaine plus technique. Tu as parlé de schéma toute à l’heure. Tu en avais fait pour cette photo ?

Oui, j’en ai fait un peu.

Donc ça veut dire qu’il y a un choix de composition, non ? Il y a quelque chose que tu as voulu mettre en avant ou est-ce que c’est totalement libre ?

Sur le principe sur mon croquis je fais un plan large de ce que je veux. Je choisi plus les angles dans mes croquis et pas vraiment le cadrage tout de suite, à part sur certaines photos très précises. Mais là, vu que je voulais juste faire une petite série je me suis fait un croquis d’ensemble de ce que je voulais uniquement. Après je travaille surtout sur ce qui me plaît. J’essaye des cadrages et si, à un moment, je me dis « là ça marche » je prends la photo. En fait je marche beaucoup à l’instinct. C’est pour ça que je n’ai pas des cadrages très conventionnels. Du coup il y a des photos avec lesquelles je joue avec les points forts. Pour le besoin de la photo, il y en a d’autres où j’ai plus envie d’avoir un cadrage… Mal cadré en fait, mais sans faire la barbare. Couper des doigts ou des doigts de pieds ça je ne le fais pas. J’essaye de respecter certaines règles. C’est le point technique que je ne veux pas transgresser mais après je veux être relativement libre sur mes cadrages. Faire comme je le veux, comme moi je le sens. C’est vraiment instinctif et c’est comme ça me plaît. Au début, on reconnaissait mes photos à mon mauvais cadrage. C’est devenu mon point fort au final.

J’aime beaucoup l’idée ! C’est maintenant le moment « auto-promotion », alors profites-en !

J’ai une autre expo, pas encore officialisée. Elle est faite, je n’ai juste pas encore fait la promo. Ce sera le 14 mars à La Cantada 2 à Paris. C’est mon gros projet 2014. Et côté professionnel j’ai une expo, si tout va bien, au Hellfest. Donc des photos de concert.


Remerciements :

A MoriGena elle-même, pour avoir joué le jeu et m’avoir accordé de son temps. A The Tattooed Lady et à Arnaud, immortalisé à l’enregistrement 😉


Liens (Mori Gena) :

@aleksduncan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s