Mythologie metal

Laisser un commentaire
Musique

Sept albums studio, seize ans de carrière et assez de musiciens pour constituer une équipe de roller derby (ou presque). Le groupe de folk metal Eluveitie est revenu le 5 avril avec « Ategnatos », un album aussi mystique que philosophique.

Lancé en 2002 par Chrigel Glanzmann, Eluveitie est d’abord pensé comme un projet studio. Il mutera rapidement en groupe avec option itinérance. Quant à ce nom, qui se prononcerait plutôt « El-vey-ti » que « Elu-vé-ti », il descendrait d’une langue celte et désignerait la tribu des Helvètes.

Côté line-up, le groupe va vivre quelques changements, mais la formation actuelle est fixée en 2016. Le fondateur Chrigel Glanzmann s’entoure de (accrochez-vous) Kay Brem , Rafael Salzmann, Nicole Ansperger, Matteo Sisti, Alain Ackermann, Jonas Wolf, Michalina Malisz et Fabienne Erni. Pour l’équipe de roller-derby, je blaguais à moitié.

eluveitie

(G>D) Jonas Wolf (guitare rythmique), Matteo Sisti (cornemuse, tin whistle, guitare acoustique), Nicole Ansperger (violon, choeurs), Alain Ackermann (batterie), Chrigel Glanzmann (chant, harpe, mandoline, tin whistlen gaita, guitare acoustique, bodhran), Fabienne Erni (chant, harpe), Key Brem (basse), Michalina Malisz (vielleà roue) ,Rafael Salzmann (guitare).

L’univers du groupe s’inspire très largement de la culture celtique antique. Au-delà des évidentes références esthétiques, elle imprègne leurs titres dans le fond et dans la forme. Non content d’utiliser des instruments traditionnels comme la vielle à roue, la cornemuse ou le tin whistle, ils s’affairent à créer des parallèles entre les époquess grâce à la mythologie. Une envie particulièrement présente sur « Ategnatos »

L’album aborde en effet nombre de questions qui nous tarraudent dans la vie – la peur de la mort, de ce qui nous attends et de ce que l’on laisse derrière nous, entre autres – en partant d’histoires traditionnelles. Il s’intéresse aussi, d’une manière plus brutale, à des maux d’époque dans des chansons comme « Worship » ou « The Slumber ». Avec « Ategnatos », Eluveitie s’inscrit plus nettement dans la lignée de groupes à message. Sans porter de revendications, ils amènent plutôt à une réfléxion.

Associant à la force brutale du black metal la finesse de la musique traditionnelle, ils créent un équilibre qui rends l’écoute de l’album fluide. Les voix de Fabienne Erni  et de Chrigel Glanzmann se répondent et se complètent joliment. Quant à leur touche mystique caractéristique, elle s’est raffinée. L’album, extrêmement riche, comporte également son lot de surprises comme « Ambiramus », qui a le mérite de sortir de la routine !

@aleksduncan

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.